AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 A la recherche de la planète George

Aller en bas 
AuteurMessage
Eixoss
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 496
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: A la recherche de la planète George   Mar 25 Sep - 22:01

Dans mon enfance, on me racontait souvent l’histoire de George le lapin, qui voulait coloniser notre planète. Je croyais comme tout le monde que ceci n’était qu’une simple légende. Mais en ce jour du 25 septembre 3100, un vieux papi grincheux m’annonça, après une 5ème tournée de Calvados, que George existait et qu’il vivait dans une planète remplie de lapin albinos. Je fut très intéressé et je tentai de déchiffrer son language :
« Becz, ché quche ptet que ilzztrouchve toichlette »
Je compris de suite ! George était donc en vie. George habitait sur une planète lointaine. Il devait surement être avec une femme et des enfants. Mais, sa galaxie doit être très lointaine et il me sera difficil d’y accéder. En effet le papi raconta tout ça ! Il fallait donc que je trouve un vaisseau d’occaz et que je parte à l’aventure pour trouver cette planète qui me faisait réver dans mon enfance.
Arrivé au magasin je demande simplement « un ptit bi-place trankilou pour faire des voyage dans l’espace
-Ah non mr, désolé mais nous n’avons plus ce modèle. Il nous reste tout de même le tri place trankilou 3000 ou le flex 500. »

Ces deux vaisseaux étaient affreusement cher. J’étais ruiné, c’est pour ca que je pris le plus cher, le Flex 500 ! Bien sur je promis au gars de lui payer en trois fois dès le lendemain. Chose que je n’ai pas fait , étant donné que je partis de suite en emmenant deux potes un peu con qui m’aident surtout à gaspiller l’air présent dans le Flex 500.

Les premières heures de vols furent sympa. Les deux couillons dormaient et moi je mourrais d’impatience à l’idée de trouver cette planète. Le seul hic était que, dans l’espace, ma boussole ne marchait pas, ni mon gps, et ma carte ign ne me servait à rien. Je me sentis alors un peu con pendant 3 secondes, le temps qu’il me fallut pour regarder mes compagnons. De toute façon nous ne pouvions plus faire demi-tour, alors, nous continuâmes vers l’infini et l’au delà !

Le voyage étant long, je piquai alors un ptit somme.

A la sorti de notre galaxie et après avoir été réveillé par ces couillons qui voulaient savoir ou se trouver les chiottes, apres leur avoir indiquer qu’il fallait aller dehors, et après qu’il se soit rendu compte qu’on se les pelé dehors et que de ce fait, il faisait froid dans l’espace ; je pris comme cap une galaxie qui ne me paraissait pas très lointaine et dont l’astre était étrangement vert. Malheureusement pour moi, cette galaxie était l’une des plus éloigné, et il me venait de plus en plus l’envi d’évacuer les quelques tournées de calvados encaissé avec le papi.

Après quelques heures, nous n’étions toujours pas arrivé, mais je n’avais plus envi de pisser

Note :Penser à laver mon slip kangourou

8 heures plus tard, nous entrâmes enfin dans la galaxie que nous qualifierons de « verte ». Il ne nous fallut que trois petites minute pour remarquer qu’il n’y avait qu’une seule planète pouvant nous apporter hospitalité, nous décidâmes donc d’y aller, l’envie de pisser de mes compagnons étant insoutenable.

Escale 1 : Planète des culs nus.

Cette planète avait tout de magnifique. Je laissais balader mon regard émerveillé par ce paysage haut en couleur, par cette nature resplendissante, par ces clairières, ces cascades, ces bois, ces plaines. Je fut estomaqué jusqu’à ce que mon regard tombe tombe sur mes deux compagnons en train de restitué tous les restes de la journée à un arbre qui n’en demandai surement pas tant.
Après leur besoin fait et mon slip kangourou lavé, nous cherchâmes un peu de vie sur ce paradis terrestre. Nous arrivâmes après quelques heures de marche face à un magnifique lac. De l’autre côté, nous vîmes un vaisseau. De la vie enfin ! Arrivé au vaisseau, nous comprîmes qu’il s’agissait du notre et après que je me sois senti con pendant 3 secondes, la suite vous connaissez, nous nous baignâmes.
Soudain, nous entendîmes un magnifique « GEEEEERONIMOOOOOOOOOOOOOO » masculin, puis féminin, puis un fameux ‘SPLASH’. Je me retournai et je constatai avec stupeur qu’il y avait un homme, apparemment nu avec une baleine rose à ses côtés.

Note : Rectification, ce n’était pas une baleine, mais sa compagne qui avait le cul à l’air

Il y avait donc de la vie sur cette charmante île pleine de saveur allant de celle de baie à ……bref ^^ . Un homme et une femme qui avait pour seul habit, une feuille qui tenait sans colle ! Je demandai tout de suite où est-ce qu’il avait acheter ces sousvetement qui ferait un fureur chez nous. Malheureusement, il y eut un léger problème. Il ne parlait pas notre langue : « houga bahlougaji bouga bouga ! »
Le dialogue fut donc compliqué et je tentai en vain d’enlever les feuilles de la charmantes demoiselle dont les magnifiques mamelons viser vers le bonnet f (quand je vous parlez de ces saveurs….). Malheureusement, ces putins de feuilles ne partaient pas. L’homme nous fit comprendre par des dessins assez exceptionnel, qu’ici on ne pouvait pas se faire mal, on pouvait faire les cons toute la journée, mais on ne devait surtout pas manger des pommes. Héhé oui c’est con xD. Il nous fit aussi comprendre que les feuille ne s’enlever pas et que d’ailleurs c’était chiant, poussant l’homme à la faute, avec la panne d’érection.
Nous passâmes donc une agréable soirée avec ces gens là qui était d’ailleur tres sympas. Le lendemain matin, en me réveillant le nez dans les aisselles de mon compagnon (ah les saveurs !) je vit que la femme était attaqué par un serpent qui carburait au jus de pomme ! Tout de suite je déclenchai l’alerte et pris mon fusil à plasma tout en lançant une grenade de protection nanite pour que la demoiselle n’ai rien.
Après avoir bousiller le serpent et à la suite du barbecue dans lequel il fut le personnage principal, on m’expliqua que ici tout était sympa même les serpents. Mais je n’avais aucun remord , il valait en effet mieux le prendre cuit à point que saignant !
Vint alors l’heure du goûter. D’habitude, je prenais une barre de céréales avec une pomme et bien sur mon verre de jus de pomme. Et bien, ce jour-là, je ne changeai pas mes habitudes. Je me rendis alors trankilou pépère vers le pommier, j’arrachai quelques pommes et je fis mon jus. A mon retour j’en proposai évidemment à nos hôtes ainsi qu’à mes deux compagnons qui me rappelèrent assez bêtement que c’était pas bien de manger des pommes ici. Et oui, ils avaient cru à cette histoire totalement débiles. Manger des pommes tue ! n’importe nawak. Je fus tout de même vexé, nos hôtes n’en voulaient pas, ils devaient trouver surement mon jus dégueulasse, alors qu’il n’avait même pas tremper la langue ! Alors pour sauver mon honneur, je les forçai à ingérer mon jus. Il ne se passa rien de spécial à part que l’homme voulut me tuer, mais ne vous inquiétez pas, il fut vite calmer avec une petite décharge dans les c******s, chose qui ne plu point à la madame, qui ne devait pas aimer les raisins secs.
Soudain, la terre se mis à trembler, et nous entendîmes une voix assez grave « vous avez manger des pommes, votre avenir ne ressemblera pas à votre passé ». Sur ces belles paroles nous dîmes aurevoir à nos hotes et nous nous cassâmes vite fait bien fait de cette planète qui aujourd’hui s’apparentrai plus à un vulgaire tas de cendre galactic. Nous priâmes pour eux et nous nous sentîmes coupable, surtout moi, qu’après tant de bons moments passés, de rires, de sourires, de plaisir, nous n’ayons pas réussit à voler une de ces fameuses feuilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eixoss
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 496
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de la planète George   Jeu 18 Oct - 22:33

Retour sur le Flex 500

Nous quitâmes alors cette galaxie pour nous diriger vers la galaxie que nous qualifierons de « bleue » du fait que son astre soit bleu.
Le voyage se passa sans gros souci. A part qu’il y avait une mouche dans notre vaisseau et que ne supportant pas cet animal, mes compagnons voulurent à tout prix la tuer. Après avoir appuyer maloncontreusement sur le bouton d’alerte et de système de sécurité d’urgence, sur le bouton d’éjectage des sièges arrières ainsi que sur celui d’autodestruction de l’appareil, ce qui m’obligea donc à désactiver le système de défense qui demandai 12 codes de 100 chiffres pour pouvoir récupérer mes deux compagnons coincer dans le bouclier apres l’éjectage des sièges et pour annuler la procédure d’autodestruction, ils finirent par la tuer.
Nous mangeâmes alors avant d’arriver dans cette galaxie. Malheureusement pour nous le système d’urgence enleva toute gravité et ma maillonaise fut mélanger avec la moutarde du hot dog d’un de mes compagnons, et le ketchup de l’autre. Ces merveilleuses saveurs me rappela 3 secondes nos hôtes à la feuille, le temps de me rendre compte que le pastis c’était répandu partout dans l’appareil.
Pour ne pas gaspiller nous fûmes obliger d’ingérer la totalité de la bouteille de pastis, ce qui entraina un débordement collectif de la vessie.
Nous arrivâmes enfin à destination et là encore il n’y avait qu’une seule planète hospitalière.

Escale 2 : Les ptit z’hommes bleus.

Une fois descendu du vaisseau nous nous précipitâmes vers un ptit ruisseau sympatoche pour y vider le pastis. Le seul problème était que, la planète était peuplé de petits hommes bleu vétus de bas blanc et d’un chapeau que les mémés mettent pour dormir, lui aussi blanc. Nous ne pouvions en effet pas savoir que ce petit pissous allai entrainer un tsunami important sur la totalité d’un village fait de maison champignon.
Une fois arrivé à ce village, le chef, qui était le seul guignol a avoir des habits rouge, nous fît une bref moral avant que nous lui proposions un deal. Je sortis une pièce, si c’était face, on ne remboursait rien et ils nous laissaient tranquil, et si c’était pile, on rembourserai tout et on les aiderai à reconstruire leur village. Le chef qui paraissait joueur accepta tout de suite sous le regard ébahit des autres petits hommes. Je lançai alors la pièce, un nouveau problème survint. En effet je ne réussis pas à rattraper la pièce qui s’écrasa sur le chef et le tua sur le coup. Etant donné que ça la foutait mal et que les tit z’hommes commencer à virer au rouge, nous partîmes rapidement à travers la foule, ou plutot par dessus la foule, voire sur la foule.
Après un peu de marche à travers les bois, nous trouvâmes une hutte qui avait l’air d’être habité par un homme de notre taille. Enfin un gars normal ! Seulement, un de ces couillons surpris par un crapaud lança maloncontreusement une grenade à ion sur la hutte qui explosa après le petit « tic » (ou « tac » pour les intimes). Nous cherchâmes tout de même dans les décombres pour voir s’il n’y avait pas de trace de vie. Il n’y avait personne, nous n’avions tué personne, par contre nos dégats au niveau matériel s’alourdissait, et l’arrivée du proprio n’arrangea pas les choses. Surtout qu’avec lui, pas de tsunami ni de meurtre à la pièce possible. Il nous insulta de tous les noms possibles et imaginables( comme par exemple « Geunevièvre ». Et après qu’il se soit calmer je lui demandai :
« Ne sauriez vous pas par le plus grand des hasards, où nous pourrions trouver une salle de bain s’il vous plait. Vous comprenez, nous venons d’un très long voyage et nous sommes à peine arriver en ces lieux. A la vue de ce tas de débris nous pensâmes trouver une hutte dans laquelle moi et mes amis auraient pu se soulager et prendre une bonne douche. Et vous voyez… »
Je fus stopper net, car mon cher interlocuteur venait de me sauter au cou et était en train de m’étrangler. Mes compagnons, ne voulant pas me perdre, appliquèrent la procédure habituel, et tout comme le serpent, celui-ci aurait pu finir en barbeuc.
Ce que nous ne savions pas, c’est que les ptit z’hommes bleus nous avait observer. Ils se hatèrent près de nous et nous annoncèrent que nous venions de rembourser nos dettes. En effet, ce pauvre homme s’avérait être un empereur intergalactic ayant choisi le côté obscur de la force et étant au service du malin. Enfin , du moins c’est ce que je pensai à ce moment là.
Un banquet fut alors dressé en notre honneur et la bière coula à flots. Toute cette attention nous fit chaud au cœur, alors pour montrer notre joie et notre reconnaissance, nous enseignâmes à ces jeunes gens ce que nous faisions chez nous en discothèque. Emporté par le rythme et voyant que notre enseignement portait ses fruits, nous nous enflammâmes. Evidemment loin de nous l’idée de reproduire un nouveau génocide involontaire chez nos fans…….Et pourtant, il nous arriva de temps en temps, dans un moment d’inattention, de « bousculer » un ou deux de nos nouveaux camarades.
Le lendemain matin, après cette soirée bien arrosée, nous avions tous la gueule de bois. Etonné de n’entendre aucun bruit, je remarquai vite fait que, pendant la nuit, en se retournant dans tous les sens, nous avions maloncontreusement écraser et « applatit » le village. Je réveillai alors mes compagnons et nous partîmes en sifflotant l’air de rien.
Devant notre vaisseau, se trouvait une horde de ptit z’homme bleus montrant qu’ils n’étaient « pas content », car leur potes avaient rendu l’âme. Il n’était donc plus bon pour nous de rester sur cette planète alors nous partîmes de suite après être passé encore une fois sur la foule. Et bien sur, ces cons n’ont pas bougé, et au décollage….avec les réacteurs….et bah….comme l’a dit si bien un de mes camarades « BARBEUC’ ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eixoss
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 496
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de la planète George   Mer 14 Nov - 23:17

Un bar dans l’espace

Les heures de vol semblait de plus en plus longue. De plus ayant omis de prendre mon picsou magasine, je n’avais qu’un livre présent sur le tableau de bord le fameux et très connu J’aime les pommes . Un livre très peu intéressant. Je m’arretai sur une réplique magique faisant ressentir l’émotion du personnage « Bigre ! j’ai laisser choir de belles pommes » et j’allai secouer Georgette.
Mais alors que j’étais fier de moi de n’avoir pas louper le trou, un de mes compagnons cria qu’il voyait un bar. Héhéhé quel con…….
En effet il y avait bel et bien un bar dans l’espace. L’endroit réver pour faire une pause et regarder une gogodancer faire son show. Sauf que vala !
Une fois arriver dans ce bar ce fut plutot la désillution qui nous gagna. Ni gogodancer, ni Georges. En effet ca puait la clope et le chubaka mal rasé. Après avoir était interpeller par deux gars qui voulait savoir s’ils étaient « comme les deux boules de la bite » et après avoir contourner un tas de petites gens tout à fait pompettes, j’arrivai enfin au comptoir. Je commandai un coca, je fut servi de suite.
Tout à coup un monsieur entra et commanda un coca lui aussi, malheureusement je venais de commander le dernier. J’entendis alors un coup de feu. Je me retournai. Et là, il était là, mal rasé avec une face de tête, un pif enorme avec des lunette à la John Lenon. Oui c’était lui, aucun doute. C’était forcement lui. Ce n’était pas possible autrement. C’était lui qui avait commander ce coca !
Apres quelques insultes je compris enfin qu’il voulait me tuer. Il tira maintes fois et les balles s’arrêtèrent nettes. Un black se pointa alors avec des lunettes noir à la John Lenon (encore lui), il me parla d’une matrisse et de pilule bleue ou rouge. Je lui fit comprendre que je ne prenais pas la pilule. Il m’informa tout de même que je risquais ma vie si je recroisais cette personne. Il me dit de m’en aller vite fait bien fait. Ce que je fit en hésitant très très très très longuement dans les 3 secondes qui suivirent.
De retour dans le vaisseau nous décidâmes tous les trois de vite partir pour la galaxie la plus proche, la galaxie rouge !

Escale 3 : Le désert…c’est vide

Nous nous posâmes sur la première planète ayant une atmosphère en quête de chaleur humaine. Mais, après avoir fait 3 fois le tour de cette ptite planète nous nous rendîmes compte qu’il n’y avait rien et que nous étions dans le désert, qui était plutôt vide.
Après avoir repris le vaisseau nous nous posâmes sur une autre minuscule planète où se trouvait un village de personne vétu d’un tenu très légère pour la saison terrienne. Une fois sortis du vaisseau un individu s’adressa à nous :
« Z’êtes les cons qui se sont posé dans la planète vide ?
-Euh, le désert ?
-Non la planète vide !
-Bah non alors.
-Soyez les bienvenus alors ! dit-il avec un large sourire fesant apparaître ces magnifique dents teintées en noires, enfin j’espère qu’elles étaient teintées.
-Vous en avez un beau poteau, continua-t-il, pas mal pas mal.
-Oui, répondis-je, euh vous savez c’est le matin et pis vala ca arrive quoi on est humain. »
Puis après avoir regardé mon individu j’enchaînai :
« Vous aussi derrière, avec une belle paire !
-Oui en effet, très observateur jeune homme ! Mais il n’appartient qu’à ma femme, et ces deux bourse aussi. » me répondit-il en me montrant un piquet de bois avec deux sac deux sable devant sa maison.
Après avoir longuement discuté il nous emmena chez lui. Tout était en bois, les chaises, la table, le lit , les toilettes, le savon, l’éponge, les fourchettes, le chien, les enfants, sans oublier le poteau intérieur. Il nous servit à boire et entama une nouvelle conversation, décidemment il avait une grand gueule :
« Dites-moi donc vous ! Vous resterez bien pour assister à l’inauguration du poteau publique ! Le plus gros jamais vue ! exclusivement réservé aux femmes évidemment. »
Un poteau publique ? Je fus très étonné et je me demandai qu’est-ce qu’elle pouvait faire avec ces gros…et durs en plus ! Notre hôte devina mes pensées et me répondit :
« ces poteaux servent à leur épanouïssement intellectuellement physique ! nous avons associé l’art du bois au sable sans en oublier l’art de la pipe (reservé à nos compagnes). Cela nous rapproche un peu de nos ancêtre… »
je commençai à avoir de sérieux doute ? A tous les coups on était tombé sur une planète de pervers qui astiquaient des poteaux à longueur de journée avec leur fameux art de la pipe. L’homme nous en proposa d’ailleur une, n’étant pas prêt à ce genre d’expérience je refusai.
Le soir nous allâmes à la cérémonie. Et là, mes doutes furent confimés ! Des tas de femmes nues ! Je fus tout de même soulagé quand l’individu m’annonca que je m ‘étais trompé et que j’était allé dans les vestiaires des jeunes demoiselles.
La cérémonie ne dura pas longtemps, des femmes dancèrent en chant comme des casseroles (en bois). Puis une fois le poteau mis bien droit, elle en coupèrent quelques morceau et firent des pipes en deux temps trois mouvements. Puis la soirée se finit par une pipe collective. C’était le nom donnée à une pipe que tout le monde fume. Un truc pour les ancêtres. Bref, je m’étais trompé et je l’admettai volontiers. Enfin c’est quand même le gars qui a fait les sous-entendu. J’ était évidemmment pour rien et je n’avais pas l’esprit tordu, ce qui me soulagea d’avantage.
Le lendemain matin après le petit déjeuner nous partîmes de cette planètes de pervers du bois. Mais avant le décollage je demandai tout de même à notre hôte :
« Au fait, quand nous sommes arrivé, vous avez souligné que j’avais un gros poteau, mais de quoi parliez-vous ?
-Bah comme Jules César quand il a rencontré Cléopâtre, il avait déjà la Gaule. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eixoss
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 496
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de la planète George   Lun 26 Nov - 23:01

Sur le Flex 500

Les voyages étaient toujours aussi ennuyeux. A part les aller retour aux toilettes et la lecture de ce magnifique livre que je ne reciterai pas, il n'y avait rien à faire. Le temps paru long jusqu'à ce que l'on ressente une forte secousse. J'allai au cokpit et je remarquai avec effroi que nous étions face à une flotte impériale assez massive. Je mis en route la radio, puis sur la fréquence de nos assaillant. Une personne me dit simplement "Veuillez vous rendre sinon on vous tuera!". Je lui demandai alors:"et si on se rend?", et il me répondit naturellement: "on vous tuera aussi". Ceci était très encourageant. Cette situation était désespérée, mais je gardai mon sans froid: "ON VA TOUS CREVER!!!!!!" . Après avoir fait dans mon froc je décidai de tester mes compétences de pilote. Nous n'étions pas loin de la galaxy rose, il restait un mince espoir. Je me mis au poste de pilotage et j'adressai un dernier mot à mes assaillant "allez tous vous faire foutre par un yak en rute!". J'eu à peine le temps de voir des milliers de missil arrivé avant d'appuyer sur le boost. (oui en fait j'ai glisser sur ce bouton ^^'). La vitesse était phénoménale et en une demi seconde javai esquivé toute la flotte. Seulement les chasseurs s'étaient mis à ma poursuite. J'activai le bouclier et je virai à droite, mais les chasseurs me suivaient toujours. Le bouclier commencait à s'affaiblir. Je me dirigeai alors vers la flotte que j'avai préalablement dépassé. Je fis alors une remontée à la verticale entre deux vaisseaux avant de raser une tour de controle. Un chasseur s'écrasa contre celle-ci mais il en restait une dizaine encore. Je continuai de passer sous un vaisseau puis sous l'autre, je virevoltai dans tous les sens essayant de prendre de la distance, je trounai à droit puis à gauhe avant de piquer sous un vaisseau impérial puis de me diriger vers lavant de celui-ci. Arrivé devant lui je fis un demi tour droit sur la cabine de commandement du vaisseau. Je m'écrasai volontairement contre celle-ci qui explosa ce qui engeandra la destruction de deux chasseurs. Le bouclier avait céder avec le choc, mais sans lui je n'aurai pas pu détruire cette tour de contrôle. Mes deux potes étaient aux mitralleuse et tentaient en vain d'atteindre les chasseurs. Je fis deux trois tour autout d'un bombardier, avant de foncer droit sur les chasseurs, le bouclier avait eu le temps de recharger un minimum, l'explosion fut énorme, deux chasseurs venaient de prérir, mais le bouclier était désormais hors d'usage. Encore 6 chasseurs, et je n'avais plus aucun moyen de les avoir. J'entrepris un nouveau demi-tour et s'était désormais moi le chasseur. Je suivis mes 6 ennemis en leur lançant des topilles, je réussis à en avoir un, puis deux et trois, jusqu'à ce que les 3 autres activent leur bouclier et me prennent en chasse, me suivant derrière les vaisseaux, les débris, faisant des tours, des demi-tours, virant à droit, puis apres avoir mitraillé virant à gauche. La bataille durait longtemps mais elle allait s'achever, il n'y avait plus de carburant. Je cherchai une solution, vaisseau après vaisseau, le seul moyen était d'atteindre la galaxy rose au plus vite. Mais c'était trop tard, un des vaisseau amiral ouvrait sa grande porte et de nouveaux chasseurs en sortaient. Je fonçai alors sur mes nouveau assaillant et après une exquive j'allai m'écrasé à l'intérieur du garage du vaiseau amiral. Celui explosa en partie et j'entendis juste l'alarme sonner, ce qui indiquait la fermeture des portes de secours, je ne vis alors plus rien, le monde était alors devenu blanc, ou noir...je ne m'en souviens plus trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eixoss
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 496
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de la planète George   Lun 26 Nov - 23:40

La galxie Grise...

Je ne sais pas si je revais ou bien si c’était le paradis, ou un bilan sur ma vie, dans ce blanc, j’aperçu une personne, un enfant plus agé que moi, parlant de conquérir l’univers, de partir à l’aventure. Je le vis me promettre d’être là pour mon 18 ème anniversaire. Puis la vision s’estompa. Je me trouvai au sol, dans une pièce que je ne connaissais pas. Un viel homme était assi sur un lit près de moi. Je crus que c’était dieux, en faite non. J’étais dans une cellule. J’avais réussi à activer l’ejectage des sièges mais j’avais perdu conscience. L’homme m’appris que j’ étais là depuis quelques heures déjà et que j’avais été condamné à mort pour une offense faite au prince, une histoire de coca apparemment. Il m’appris aussi que mes amis étaient de l’autre côté de la ville. D’après lui nous allions tous finir au collisée à nous battre contre des bêtes et des machines imbattables. Il me fallait sortir immédiatement de cette cellule. Je regardai vite fait la pièce et je remarquai un bout de chewing gum et une aiguille. « Que veux-tu faire avec ça mon ptit gars » me demanda le vieux. « Vous avez jamais vu d’épisode de Mc Gayver ? » lui répondis-je. En deux temps trois mouvement je pus ouvrir la cellule . Il ne restait plus qu’à s’échapper de la plus grande prison de l’univers (d’apres le vieux). Un garde par étage, un mot de passe par étage, pas d’escalier, des ascenseurs à reconnaissance vocale. C’était une forteresse. Personne n’en était sorti, c’était alors un challenge.
La première chose à faire était d’assommer le garde du couloir. Ceci fut très vite fait ayant l’habitude de tabasser les gamins à la récré. Je pris son arme et avec les conseils de mon ptit vieux j’entrepris ce que personne n’avait réussi à faire, s’évader de cette prison. Le problème était que j’étais déjà repérer, il y avait des caméras partout, et surtout des gardes. Le couloir derrière la porte en été infesté. Il fallait alors se cacher quelques part, ou alors…… tous les bousiller. Je préférait largement la seconde solution. Je pris tous les chargeurs à plasma que je trouvais dans le coffre du garde que je venais d’assommer. J’en pris deux. Je demandai alors au vieux d’ouvrir la porte, en même temps je frottai violemment l’extremité des chargeurs, il devenait de ce fait de véritables grenades. Je n’avai plus qu’à les lancer puis à fermer la porte et attendre l’explosion que ne se fit pas attendre. J’ouvris alors la porte, tous les gars avait péris. C’était plutot pas mal pour un gars qui n’avait fait ca que dans les jeux video. Je ramassai tous les chargeurs pour me faire d’autres grenades. En regardant une télé je remarquai que toute la planète était au courant de ce qui se passait ici. Ce fut d’autant plus encourageant.
Je n’avais cependant pas le temps de me reposer sur mes lauriers et je courus alors dans le placard me chercher une tenue de technicien de surface. Le vieux se cache sous le chariot, un vrai contorsionniste celui-là. Je traversais alors les couloirs, me faisant passer pour un nouveau, et indiquant des directions au hasard pour ne pas qu’il trouve la personne qu’il cherche, en l’occurrence moi. Mais très vite un garde remarqua ma présence. Ce pendant il était trop tard pour eux, le couloir était presque inondé de produit de nettoyage que le vieux avait gentiment vider pour moi. Je n’avais plus qu’à leur adresser un sourire et à laisser tomber un briquet appartenant à un garde précédemment tué. La pièce s’enflamma d’un coup et je pus prendre la fuite.
J’arrivai bientôt vers l’extrémité du bâtiment, seulement je n’avais pas descendu un seul étage. Au bout du dernier couloir il y avait une ancienne porte de sortie de secours qui était ouverte, mais derrière il n’y avait pas d’escalier. Pour prendre le temps de réfléchier j’alla dans le placard de se couloir et j’enduis des cartons plein de chargeurs de produits inflammables, j’étais protégé pour un ptits moments. J’entendis alors les gars arriver. J’avais finalement des idées grandioses. Après m’être félicité et après avoir fait une danse de joie autour du papy je lançai le briquet allumé sur les cartons. L’explosion fut…un peu plus grosse que prévue^^’ . Le sol s’écroula sous mes pieds, la chute fut plutôt longue mais pas direct, je tombait par ci par là jusqu’à atterrir sur la terre ferme. J’avais assez mal, et en plus ce n’était pas fini.
J’étais dans une cours, avec des barbelés et des soldats tout autour. En d’autre termes j’étais totalement foutu. Seulement l’engouement médiatique avait joué en ma faveur. Une armée de révolutionnaire était en train d’attaquer à ce moment même. Alors que je n’étais pas encore au courant je décidai de me rendre. Avant de me faire tuer je demandai l’autorisation pour faire une prière. Celle-ci dura exactement 20min et 32 secondes, le temps qu’il fallu à l’armée révolutionnaire pour défoncer le mur d’enceinte à coup de bazooka intergalactiques. J’utilisai alors les derniers chargeur qu’il me restait, pris une mitrailleuse et participai à la bataille. Seulement je ne me souviens que de ces éléments. En effet je fus violemment frappé à la nuque. Et je revis le monde en blanc, je me demandai si je n’était pas un peu un squatteur du paradis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eixoss
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 496
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de la planète George   Mar 27 Nov - 21:46

Partie 2

Je me réveillai dans un cabanon en fer. J'étais seul dans la pièce. je me levai avec difficulté et je regardai la vue à travers la fenêtre. Tout était gris. Les immeubles étaient en béton, la route goudronneuse vieillisait un peu et apparraissait grisatre. Il n'y avait aucune trace de végétation, d'herbe d'arbre. Que de la feraille et du béton. J'étais bien dans la galaxie grise.
Je pris très vite conscience que je venais de m'échapper de la prison la plus grande et la plus surveillée de l'univers. J'improvisai alors une tite danse disco!
Quelques minutes plus tard je sortis du cabanon. Je me trouvais alors dans une sorte de cours intérieur où se trouvaient 2 personnes jouant aux cartes, des révolutionnaires surement. L'un deux m'interpella:
"Yep! tu veux faire une partie de carte pokémon?" je répondis par la négative à cette question et j'installai à côté d'eux. je leur posai quelques question sur les révolutionnaires, l'autre homme m'en fit un bref résumé:
"Bah! On est un groupe de potes qui s'est formé à l'arrivé de notre patron sur cette planète. On est une dizaine et on se revolte contre le gouvernement du prince, dla merde celui là! Ca fait quelques années qu'on se bat mais bon ce qui nous intérresse c'est faire flipper cette lopette.
-Vous n'êtes que 10!!!!! criai-je
-Ouais et alors? On est armé jusqu'au dent depuis le début. Le patron s'est fighté avec un marchand d'amre, il a eu toute la cargaison du coup héhé.
-Qui est votre patron?
-Le patron.
-Où est-ce que je pourrais le trouver?
-chez le patron."
Voyant que la discussion prenait un trop grand intéret pour moi, je partis à la recharche de ce patron. je ne le trouvis pas. Par contre je trouvis les toilettes. ce lieux où j'allai passé mes journées à cause d'un petite maladie. Le patron sortit d'un cabanon en claquant la porte, car selon lui "ca le faisait". Il annonça alors à ses camarades:
"Changement de plan les gars, le colisée c'est dans 2 jours plus dans une semaine."
Puis il m'aperçu et me regarda droit dans les yeux. Je connaissai cette personne! Ce pendant juste le visage m'était familier, je n'arrivai pas à savoir qui c'était. Il m'emmena dans son cabanon pour m'expliquer un peu la situation, faut dire que jéter juste un ptit peu paumé depuis.
"Les prisonniers qui s'opposent au prince sont condamné au colisée. Là-bas il y a surtout des lions et des lionnes (les tigresses c'est dans la rue d'à côté!"
Evidemment je ne me doutais pas que ce patron allait etre un gros pervers!
"Nous voulions vous sauver tous les trois dans une semaine, lors de votre passage au colisée, seulement tu as voulu t'évader alors nous avons du te secourir. mais à cause de toi, ptit con qui a tenté de se la joué James brown
-Euh, Bond non?
-Non! Enfin j'en sais rien et me coupe pas putain, j'en étais où là!"
Apres avouir attendu 20 min où il m'a insulté en cherchant ce qu'il voulait dire ile continua:
"A cause de toi la date pour le colisée est avancé à dans deux jours. Du coup va falloir être prêt...
-Pour dans deux jours ouais je sais
-Non, va falloir être pret pour cette date! Sinon ca fait répétition et ca le fait pas! t'es pas allé sur la plnète rose toi?
-euh..
-De toute façon jmen fou!^^
-Et quel est ce plan?
-bah c'est simple, se déguiser en lion avec les super costumes qu'on a et qui sont presques neufs ^^.
-des déguisements de lions? mais tout le monde va nous reconnaître!
-Ca se voit que t'es pas un habitué baby ^^"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eixoss
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 496
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de la planète George   Ven 30 Nov - 23:26

Partie3

Après ces quelques jours de maladies, après avoir pris conscience du plan, après avoir mis ce déguisement vraiment pas ressemblant du tout me voilà dans une cage, en train d'être amené dans le colisé. On m'expliqua que chez eux les lions n'avaient jamais existé donc ils croyaient que c'étaient des animaux qui se tenait debout, et qui avait autant de faculté qu'un homme normal. Du coup ce vulgaire déguisement pour gamin terrien leur semblait être l'un des animal les plus féroce de l'univers. Quand nous passions dans les rues, les gens criaient de peur, les mère mettaient leur main sur les yeux de leur enfants et les papy s'évanouissaient. Bref je me trouvait ridicul dans ce costume, mais la populace me trouvait effrayant.
Une fois arrivé dans le colisé on nous fit entrer dans une cellule. On nous demanda la boisson que l'on voulait, je répondit "de la gnole" et on m'en apporta. de cette foutue cellule qui puait, on pouvait entendre le speaker qui commentait les fait et geste des machines de combats et des pauvres condamnés. mes amis allaient passé en deuxième partie de show comme ils disaient. ça nous laissait le temps de paufiner le plan:
"Bon alors on répète s'il vous plait, demandai-je
-bah c'est simple, on va dans l'arène, tu les occupe pendant que les autres prennent tes potes et pis vala. Me répondi le patron
-mais ca peut pas etre aussi simple que ca! C'est des bigleux ou quoi!
-j'en sais rien moi, jt'en pose des questions!"
Je me tus, ca ne servait à rien de discuter avec ce patron. tout semblait si simple. J'étais de plus en plus anxieux. et si ca loupait? On allait tous crever! Je m'efforcait de penser à autre chose.
Une heure plus tard j'entendis le speaker annoncer la mort du prisonnier, c'était à notre tour d'entrer en scène. Je me sentis frémir. J'avais les pétoches. Pas parce que on courrait à notre perte, mais parce que le colisé semblait rempli. Une musique de guerrier retenti et j'entendis deux couillons crier. au moins on ne s'était pas trompé d'heure, ni de jour -_-".
Une musique de guerrier retenti. La grille de la cellule s'ouvrit. "C'est le moment les gars" dit le patron avant que tout le monde se lève pour se diriger dans l'arène. Je vis la lumière au bout du tunnel, d'ailleur cette salope m'éblouissa au moment d'entrer dans l'arène. La foulle nous acclama. Je la saluai. Le speaker annonça nos noms (pour info moi c'était Tigrou, je sais c'est pas un lion mais bon on n'y peut rien).
Le speaker se tut enfin et là...bah y'a eu un gros blanc. J'avais pas capté que c'était à nous de faire le show. Le speaker prononça d'une voix hésitante "euh faut y allé les lions là!". Il n'en fallut pas plus. Le patron et ses compères s'élancèrent en hurlant. Les deux autres s'évanuoirent. Ils entreprirent alors de les réanimer.
La foule commençait à me huer, je n'avais toujours pas bouger. Je reçus une tomate dans le dos. Je compris qu'il fallait que je dévoile mon talent. Je jouai alors de l'acordeon, tomate, du violon, tomate, de l'harmonica, tomate, de la guitare, tomate, de la cornemuse, tomate. Il ne me restait plus qu'une arme, le disco! Je commençai alors à bouger le popotin, l'effet fut immédiat la foule était prête pour le show. Le speaker s'enflamme:
"Oh oui voilà que le show commence enfin, sil vous plait DJ un peu de disco pour rendre le spectable de toute beauté! Le voilà qu'il commence à agiter ses bras c'est pour bientot le spectacle mes amis. Et c'est parti, la foule est conquise, les moulinet et le déhanché sont des braises comparé à ce qui va suivre! Regarder moi ce camionneur, même un hétéro se convertirait en gay le temps d'un balade en camion. Quelle souplesse mes amis, c'est la première fois que Tigrou nous offre un spectable de si grande ampleur. ALORS QUE OUI; Les deux prisonniers viennent d'être réanimer, les lions font donc les test psycologique pour voir s'ils vont bien. Ces lions alors quelle méchanceté. Je vois que le publique l'a vue ce magnifique triple salto axial de la symétrie par translation de notre ami chauffeur de colisé. la foule est en feu , c'est la fête. Si vous n'avait pas pris d'abonnement au colisée c'est le moment d'en prendre car comme vous le voyer nous avons du lourd, du très lourd (le must reste en fin de soirée huhuhuhu). Ah enfin du spectacle de l'autre coté du colisé. Les deux prisonniers ont commencer leur 400m coursé huhuhu. Ca y est je suis en feu, il nous a fait le coup de la corde et du cowboy que demander de plus et quel jeu de jambe c ENORME mes amis, c'est sans précèdant, pour seulement 150 pepette de l'année, un abonnement pour des spectacles toute l'année. WOOOOOOOOW. Je m'enflamme"
Le speaker sauta dans la foule et se fracassa contre un siège quitté précipitemment par son propriétaire. J'avais conquis la foule, les révolutionnaires emmenaient déjà mes potes du colisé. Il suffisait de péter la porte d'entré et de fuir dans la rue, pour s'échapper enfin de cette planète grise. Les lions avaient placé les bombes j'entrepris un moonwalk pour rejoindre la porte, le public se leva pour m'applaudire. ils ne remarquèrent même pas que la porte explosa. Je saluai mon public avant de sortir puis courrus rejoindre les autres lion déjà dans la rue, dans la pagaille la plus tota (oui on était effrayant à l'origine^^"). Nous nous arreta^mes sur une place. Mes potes s'étaient évanouit de nouveau.
"Merci à tous pour tout ce que vous avez fait, il me faudrai maintenant un vaisseau pour pouvoir continuer mon voyage ^^
-Tu as un vaisseau? me demanda précipitemment le patron
-J'en avais un avant qu'il explose dans le garage d'un vaisseau impérial.
-Un vaisseau...impérial?"Un sourire se dessina sur son visage. je n'eus même pas le temps de dire "oh nan!" qu'ils étaient déjà parti pour le port universelle de la planète grise.
la progression dans la ville était facile, les gens avaient peur de nous. Une fois arrivé devant le port, il suffit d'un coup de bazooka pour démolire la grille. Les lions étaient des animaux sacrés ici, les soldats n'osèrent pas tirer tout de suite. Sauf que quand ils nous virent sortir nos mitralleuse ils se décidèrent enfin. La bataille fut courte, il me restait des chargeur. Nous allâmes très vite dans les hangar. une fois arrivé une armée entière nous encerclait. Je pris alors une initiative, un peu de disco. Les soldats m'applaudirent et encore une fois la foule était en feu, mais cette fois ci dans le sens propre du terme ^^". Je courrus rejoindre mes amis dans le premier vaisseau qu'ils avaient trouvé. D'autres soldats arrivèrent mais personne ne tira. Nous remarquâmes en effet que nous étions dans le vaisseau du Prince, assez luxueux d'ailleur. Le patron sortit sur la passerelle pour exploser la porte avec son bazooka. Nous sortîmes alors du hangar.
Ce pendant il y avait encore un problème, le vaisseau n'avait pas assez de carburant pour accéder à la prochaine galaxy. Il nous fallait alors décharger un peu le vaisseau. Nous pensâmes qu'il y avait trop de missiles dedans, et c'est lourd un missil. Avant notre départ nous bombardâmes le port ainsi que le palais de ce cher prince en manque de coca. Puis nous nous eloignâmes enfin de cette foutue planète.
Plus tard mes deux potes se réveillèrent. Pour la première fois j'avais une envi immense, pleine d'amitié, d'amour même....de leur serrer la main. seulement j'avais ommis d'enlever mon déguisement. Ils s'évanouirent de suite en me voyant foncer sur eux ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eixoss
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 496
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de la planète George   Ven 1 Fév - 21:18

dans le vaisseau (impérial huhuhuhu)

Après les 78.5 baffes données à mes potes pour qu'ils se réveillent, nous débatirent pendant 2 heure sur cette fameuse demi-baffe. Nous décidâmes de régler ça au shifumi. Je gagnai évidemment en faisant ciseau, ciseau, ciseau, ciseau et euh ciseau. cette question résolue nous nous intérressâmes à notre plan de vol.
J'expliquai à nos nouveaux équîpier le but de notre long périple: LA PLANETE GEORGE. Malheureusement aucun d'eux n'en avait entendu parler, comme je m'y attendais d'ailleur. Cependant il fallait la trouver à tout prix. Nous décidâmes de demander le chemin sur la prochaine planète habitable où nous arriverons.
Au bout de trois jour, nous virent enfin la lumière d'un astre, très particulier ^^'. Une moitié rose et une autre moitié pas rose. Dans cette galaxie nous ne trouvâmes qu'une seule planète où il pouvait y avoir signe de vie.


La planète à demi rose.

Je l'avoue aujourd'hui, j'aurai immaginé tomber sur la planète des bisounours après tout ce que nous avions vu jusqu'à présent. Mais ce n'était pas le cas. En arrivant dans la première ville, qui devait être une sorte de capitale, il n'y avait que des débris, et un palais.
En traversant ce qui devait surement servir de place à une époque assez ancienne, nous virent que d'un côté tout était rose et que de l'autre tout était à 50 centimes.
Une fois arriver devant le palais, nous nous rendîmes compte que ce n'était qu'une façade peinte et que derrière ceci se cachait une petite maison sympathique où vivait le président, de quoi? on ne savait pas encore.
Celui-ci était vieux et avait une collection de best of de franck mikael. Il n'avait aucun garde du corps, ce qui explique qu'on s'est infiltrer très facilement ^^. En nous voyant, il nous demanda:
"C'est vous le vaisseau impérial
-Euh, et bien le vaisseau c'est pa snous mais on était dedans. Enfin ouais on arrive de ce vaisseau, mais désolé on a pas eu le temps de refaire la peinture, et on a eu un petit problème de toilettes"
Il ne me laissa pas le temps de finir et sauta par la fênêtre du rez de chausée. C'est dans ces moment-là qu'on regratte de raconter qu'on a des problèmes avec les toilettes d'un vaisseau impérial. Bref il était mort (fort le mec ^^). Et nous, bah on avait toujours pas d'info, ce qui était un temps soit peu problématique.
Nous visitâmes alors le pays, qui était dans une situtation particulière. Il y avait en gros une sorte de guerre civile entre deux clans: des inconditionnel de WEGENER (plus précisement Vine et Matthews), et les autres des fans des pièces de 50 centimes. Tout les opposait. certains avait des truc ultra moulant (ils aimaient être serrer) alors que les autres avait des sac poubelles qui leur servait de pantalon. Les premiers bougeait les bras et les pieds comme s'il conduisait la voiture de oui-oui, les autres tournaient sur la tête. Ils faisaient régulièrement des "battles" où ils dansaient les uns contre les autres. Effectivement, cela nous laissait de marbre après les quelques battles intergalactique fait avec des vaisseaux.
Personne ne s'intéressait à nous, ce qui était fort facheux et qui me soula au plus au point. J'allai alors sur la place. Pris un mégaphone (j'en ai toujours un sur moi), et fit l'appologie du bien sur le mal. Cependant je ne sais pas ce qui c'est passé ensuite, vu que je me suis pris une baigne ^^.
Je me réveillai dans le vaisseau, qui était déjà en orbite. Je regardai pas un hublot et... il y avait l'astre mais y'avait plus la planète.
"C'EST QUOI CE BORDEL?
-faute de frappe, me répondis un de mes c** de potes.
-Comment ça? C'est ça que t'appelle une faute de frappe! y'a plus rien !
-Bah ouais j'ai appuyé sur une mauvaise touche et paf plus rien.
-Et...tranquil?
-ouais et toi?
-MAIS NON CA VA PAS DU TOUT! TA BUTE UN TAS DE SAL
-tu t'emportes un peu.
-MAIS TA TUE TOUT UNE PLANETE
-si tu pouvais arrêter de brailler pour une faute de frappe.
-et d'abord, de puis quand tu sais faire de phrase de plus de trois mots? oO
-bah...euh...ah ouais pas con ça!"
Il freeza, la question semblait en effet trop compliqué. Il avait eu un éclair de génie, mais c'est tout. Le pauvre, être à ce point incapable, être soumi à l'intelligence d'un être comme moi =D. Et c'est en m'appitoyant sur sa stupidité que je jetai un oeil au hublot opposé à l'autre et que je remarquai avec un grand étonnement que, la planète était toujours là! (je sais je suis un peu *rayé*)Il fallait trouver une solution. J'allai passé pour un con devant tout le monde. Je déclenchai alors l'alarme et me précipitai dans la salle de contrôle. En quelques seconde le missil était près, il ne suffisait plus qu'à appuyé sur le bouton rouge. Mais non, je ne pouvais pas. Tant de gens, tant de rose, tant de guignolos... C'est sur cette dernière pensé que j'appuyai sur ce bouton. La détonation fut assez enormissime. Tout le monde arriva alors dans la salle de contrôle et me regardai avec des regard sévère pour nos nouveaux compagnons, et plutôt con pour mes deux "amis" ^^'. Ne sachant que faire je sifflotai.
"Mais t'es bête, me dit un de mes potes
-Même la plus féroce des bêtes connait la pitié, or je suis sans pitié, donc je ne suis pas une bête ^^"
Il eu un blocage, comme je l'espérais. J'ajoutai seulement "repas de midi...pas pris un bio alors c un peu en désordre". Ils sortirent tous en courant provoquant un bouchon spectaculaire au niveau de la porte. J'étais content, mon plan avait marcher, je ne passais pas pour un con. (Pour un pétoman c'ets vrai ^^' mais c'est pas pareil, c'est différent =D).
Plus tard en voulanbt sortit de la pièce j'eu tout de même la désagréable surprise d'être enfermé. De plus ils avaient activité le code alerte gaz, ce qui voulait dire qu'il était quasi impossible de se rendre aux toilettes la nuit sans se prendre un masque à gaz dans la gueule.
Je me couchai alors, seul dans la salle de contrôle (c'est plus flippant qu'on le croit ^^') et je pensai à la planète George... On ne savait toujours pas où elle était. Après toutes ces planètes on avait toujours rien découvert (à par des magnifiques feuilles, très pratique et qui ferait un tabac fou sur Terre). De plus les temps étaient dur sur le vaisseau. Le stock de chips barbeuc avait été écoulé, on avait pété l'antenne TV, et perdu le code du controle parental pour internet....une vraie misère, mais comme qui dirait "JE TE SURVIVRAI". Enfin je tiens tout de même à préciser que c'est pas évident dans ces conditions!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eixoss
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 496
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de la planète George   Sam 2 Fév - 22:44

Après une nuit horrible qui se résumerai par le bip des ordinateurs de bord, tout était rentré dans l'ordre. Le petit déj fini tout le monde retourna à son poste pour une matinée qui fut très mais alors très chiante. Aucune alerte, aucune blague carambar, rien... Nous mangeâmes alors un plat infecte, que même ma grand-mère en bicyclette, jouant du banjo aurait rendu meilleur. L'après-midi s'annonça déjà plus passionnante. Nous étions arrivés dans une nouvelle galaxie, très semblable à la notre. Il y avait peu de planète, et une seule composé d'une océan immense et d'un seule île.

La planète à une île.

Cette île avait tout d'une île déserte. de la végétation à perte de vue, un volcan, et une plage vierge de toutes bouteilles ou autre tong. il n'y avait qu'une cabane, surement un pêcheur, toute en bois. Dans ce lieu paradisiaque ne vivait qu'un viel homme, avec une barbe très mais alors très longue. Je ne pus pas me retenir de lui offrir un rasoir. Il nous apprit que sur cette île il vivait seul mais qu'il arrivait à survivre facilement grâce aux mercenaire de l'espace. Personnellement je ne compris pas pourquoi, mais là n'était pas la question:
"Savez-vous quelque chose de la planète George monsieur?
-Robert que jm'appelle donc bien!"
Il marqua une pause. Une longue pause. Une très longue pause. On entendait le vent souffler et personne ne faisait un geste.
"Euh ^^' savez-vous quelque chose de la planète George?
-Bah tiens donc, jsuis pas sourd t'a déjà posé la question ptit gars.
-Oui mais vous n'avez pas répondu."
Il ne répondit pas. Le même suspense que précédemment.
"Là non plus ^^"
-Si tu veux que je te réponde il faut que tu me nourrise, et en plus de ça bah tsais que si tu veux des info faudra me ramener le traiiiiiiiiiiiiiiiisor!"
Cette fois encore il y eut un blanc. Mais pas pour la même raison. Un trésor? =D On allait être péter de tune, en plus du vaisseau. Tous les visages s'illuminèrent. On apporta de la nourriture au vieux gars et nous partîmes, le patron, mes deux potes et moi à l'aventure.
Au bout de 30 m, nous rebroussâmes chemin. Il y avait juste deux trois minou de 2m en plein milieu du chemin. Nous enfilâmes les armure et nous équipâmes en arme de destruction massive. Nous défonçames le chat et partîmes à l'aventure à travers la forêt.
D'après le vieillard, après la forêt il y avait une grotte qui menait au centre du volcan où se trouvait un trésor venant de très ancienne civilisation. Nous n'en savions pas plus mais tout ce que nous voulions c'est ce trésor. car grâce à lui, la misère ne sera qu'une ancien souvenir, car nous aurons nos chips barbeuc! (et nos blagues carambar =D). Ce trésor était donc capital pour la survit de tout l'équipage.
La forêt n'était pas très accueillante. Nous utilisâmes la quasi totalité de nos munitions pour détruire les multiple sminou qui se dressaient face à nous. Le chemin avait laissé place à des broussailles et nous devions donc nous frayer un chemin à travers toute cette végétation elle aussi hostil. Presque toutes les plantes étaient carnivores, ce qui était problématique. Ceci nous couta toutes nos munitions. Un phénomène se produisit alors. Une fois que nous n'avions plus aucun moyen de défence, plus aucun monstre ne s'opposa à nous.
Cependant la forêt n'était pas plus accueillante au contraire, les squelette commençait à se multiplier. Très vite la forêt nous fit apercevoir la lumière. Nous nous précipitâmes et notre surprise fut énorme. Nous étions tombé sur une cité perdue. Des maisons, une place, un temple et un palais. Elle n'était pas très grande, et devait daté de l'époque de ces vieilles tribues. Cela me parue tout de même bizarre de voir que la plupart des batiment était en carton et était grossièrement peint par une main tremblotante. De plus, dans toute la ville il y avait des panneaux "c'est par la mon chtit". L'appat du gain était trop grand, nous continuâmes.
Les panneaux nous menèrent au palais, qui n'était ni plus ni moins l'entré de la grotte. L'astre commençait à se coucher, il se faisait tard. tant pis, nous n'allions pas dormir, mais cela ne nous faisait rien.
La grotte était très éclairé (des torches datant de + de 1000 ans oO). La première salle était composée de bloc de pierre sur une patinoire. Malgré le fait qu'une patinoire ne pouvait se trouver dans un tel endroit, nous tentâmes de résoudre l'énigme. Celle-ci nous pris du temps, sutout avec mes deux potes qui s'amuser à glisser (et à se prendre les bloc au passage -_-'). De plus le patron se décida à les arreter. Ce qui, en gros, me laissait seul pour résoudre l'enigme. J'avais vite compris qu'il fallait mettre les blocs sur deux interrupteurs , mais je n'y arrivait pas. Je pris alors le lance-flamme portable (toujours sur moi) et fit fondre la glace. Les bloc flottaient oO. Ils étaient en polystirène (-_-'). J'avoue que je ne les avait pas touché. Ce qui expliquait que mes potes se les prenait était tout simplement qu'ils étaient collé à la glace. Il nous suffit alors de poser un ptit caillou sur chaque interrupteur pour passer à la salle suivante.
La salle suivante était une sorte de couloir avec des trous sur les murs. Le fameux piège des flèches. Personne ne pouvait tomber dans le panneaux.
"AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRGH"
Avant même d'avoir tourner la tête je savais déjà ce qui s'était passé. Mes deux c** de potes avaient courru comme des glandus et avait fini par se prendre des flèches. Cependant, cela nous arrangea fortement car toutes les flèches avaient été tiré et les blessures étaient superficielles.
Il devait déjà faire nuit noire dehors, et nous nous étions comme des cons dans cette grotte sans fin. Nous avions passé une 10aine de salle avec des piège classique et des enigmes à la con. Le vieux devait se foutre de notre gueule à ce moment-là, s'il savait dès le départ ce qui allait se passer.
La salle qui se présentait à nous était une énigme. Il fallait reconstituer une image qui était déssiné au plafon. Rien de bien compliqué. Seulement, il y eut un léger conflit sur une pièce. En effet sur le dessin il y avait deux case totalement identique. Or il fallait choisir entre l'une ou l'autre des positions. (Dans le dessin recopié il manque forcement une case pour faire bouger les autres ^^). Cela se régla au shifumi, et je pris la décision (car j'avais gagné encore) de le mettre dans la position du haut. ........Mais c'était pas la bonne T_T. Elle fut donc mis dans la position du bas et la porte s'ouvrit. Cette grotte était trop simple, mon talent surpasser totaleme....
"AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHH"
.
.
.
.
OO"
Je n'osai pas me retourner. Ce n'était pas normal, il n'y avait aucun piège normalement. Soit la pièce était une enigme soit un piègen pas les deux.
.
.
.
Une trappe, une vulgaire trappe. Le patron n'tait plus là. Mort ou pas je ne savais pas. Mon teint était devenu blanc, je ne savait quoi penser. Mes deux potes parraissaient pour le première fois du voyage sérieux. Le moment était donc exceptionnel. Même si le danger était présent jamais je n'aurai penser perdre un équipier. Je ne le connaissait pas vraiment, mais pourtant il me rappeller quelqu'un. Et là il était tomber comme une vulgaire...euh...chips barbeuc?
Nous nous recueillâmes et décidâmes de dormir un peu pour nous remettre de cette événement.

Nous n'étions plus que trois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eixoss
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 496
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de la planète George   Sam 9 Fév - 0:06

Partie 2

Après une nuit tout à fait horrible se résumant à des excrémants de chauve-souris sur mes habits, mon réveil s'accompagnait du chant d'un coq. (Dans une grotte oO).
Il devait surement faire un temps magnifique dehors. L'équipage devait surement être en train de se baigner dans cette eau si claire qui compose l'océan unique de cette planète. Je n'eu pas le temps de révassé plus que ça. il fallait se dépêcher. On ne pouvait pas se permettre de rester une journée de plus dans cette grotte à la recherche de ce trésor.
Mes potes réveillés après deux trois coups dont un super bien placé (super fier de moi ^^') nous continuâmes notre périple à travers cette grotte.
Les énigmes et pièges étaient toujours aussi classique. Des histoires de torches, d'éoliennes, de canalisations, des trappes, des flèches et des monstres...en carton. C'était de plus en plus louche d'être ici. Tout semblait fait pour des visiteurs. Une sorte de parc d'attraction pour idiots venu de l'espace et près à perdre leur vaisseau pour... ^^'. j'otai très vite cette pensée de ma tête même si celle-ci me fit augmenter le rythme.
Je n'avais pas compté depuis le début mais on devait surement se trouver vers la 20 ème salle. J'esperai qu'il n'en resterais plus beaucoup.
Nouvelle salle, nouvelle enigme. J'inspectai d'abord cette salle pour trouver un éventuel piège, il n'y en avait pas. La pièce était ronde. de part et d'autre, contre les murs, se trouvait des stèles et droit devant une porte avec un pinceau plein de peinture blanche. Encore une fois c'était plutot classique, enfin il me semblait. Car après avoir lu les stèles la chose me praissait plus compliqué. Les stèle stipulé:
1ère stèle"hey mon ami, si tu veux la solution de cette enigme, ne me demande pas à moi mais à la 4ème"
2ème stèle"Salut, ca va? jpassai dans le coin alors bon j'ai laissé un ptit message, par contre pour l'énigme j'en sais rien ^^"
3ème stèle"Toi être dans gros caca si toi pas trouver fin enigme ahahahahahahahaha kof kof kof"
4ème stèle" Buurp"
5ème stèle "mon voisin du dessus à raison!"
En gros, ce n'était pas très encourageant. La 4ème stèle semblait détenir la vérité mais je ne voyais pas ce que pouvait bien signifier ce buurp. Et puis, j'avais la pression, car d'après le haut parleur placé au dessus de la porte, si je me loupais, on était cuit. Nous décidâmes de proposer chacun une idée. Un de mes potes proposa de dessiné un pont.
"Un pont? demandai-je
-Oui un pont. Parce que mon papa souvent quand il été sur un pont...
-Euh....on s'enf ou là. tu vois pas qu'on est dans une grotte et que si on se loupe bah on est cuit.
-C'est toujours mieux cuits de toute façon.
-Mais nan! Ca voudra dire qu'on vivra plus! En gros t'ira plus sur un pont avec ton papa!
-Même à midi 10?
-euh oui oO, mais pkoi à midi 10?"
Il ne répondit pas, vu que j'avais dit qu'on se foutait de sa vie ^^'. L'autre proposa de dessiné une coccinelle. J'avoue que même aujourd'hui je n'ai toujours pas compris pourquoi il a proposé la coccinelle. Quand à moi je pensais à une chips barbeuc! Cependant je n'étais pas sur de mon coup.
Tout à coup, je fus illuminé par une douce lueur. La lumière d'un Dieu surement qui venait m'apporter sa parole surement! Puis je recu une, deux, trois pierres dans la figure. Il s'agissait en faite de la lumière du jour, un mec avait ouvert une trappe et balançait des cailloux, il nous dit très poliment:
"Bordel, z'allez vous grouillez de vous planter là, qu'on arrete le boulot et qu'on aille bouffer, bientot midi 10 en plus!"
Mon pote du pont voulut dire quelque chose mais je lui mis la main devant la bouche pour ne pas qu'il parle. j'avais trouvé.
Je pris tout mon temps. je dessinai comme à la maternelle, aussi bien que....que...mon voisin de maternelle, qui dessinait lui-même très bien. Après 1 heure de peinture (c'est le gars en haut qui m'a informé du temps passé à faire ça^^') je l'avais fini. Une magnifique bouteille de Pastis. Comme je l'avais prévu la porte s'ouvrit et nous pûmes accéder à la salle suivante, différentes des autres.
En effet la salle n'avait pas qu'une seule sortie, mais 3 sorties. Elle était rectangulaire et totalement vide. après inspection il n'y avait aucun piège. Cela me semblait très bizarre. Evidemment, nous étions trois, il y avait trois portes, comme de par hasard! Nous n'étions pas d'accord sur la porte à prendre. Un de mes potes proposa de prendre la porte de gauche et y alla, l'autre celle de droite, et il y alla. Cependant il y avait un imprévu. Une fois la sortie franchie, une grille en condamnait l'accès. Du coup, ils étaient tous les deux dans des sorties différentes, et moi il ne me restait plus que celle d'en face. Ce que je pensais arriva donc. La grotte était faite pour nous séparer. On arrivait peut-être à la fin de notre périple. Cette fin ne me plaisait pas, j'ai toujours préféré les happy end, surtout quand c'était moi le héros de l'histoire. (Ouais c'est bon je sais, y'a que dans cette histoire que je suis le héros -_-"). J'avancai donc vers la prochaine salle.
Celle-ci n'était pas éclairée, je ne voyais donc strictement rien. J'entendais juste des sortes de craquements. Ca y est, j'arrivai au boss!
Soudain des torches s'illuminèrent tour à tour. La salle cylindrique m'apparaissait de plus en plus nette. Elle était quasiment vide, il y avait seulement un trône au centre de la pièce. il n'était pas encore éclairé. Le suspense était de nouveau au rendez-vous. La torche ne s'allumait toujours pas.
Après une petite demi-heure durant laquelle la torche est restée éteinte, je décidai d'avancer vers la sortie derrière le trône. Mais au moment où je passai à côté de celui-i, la torche s'illumina enfin. Sur ce trône, une personne. De grande taille, les cheveux noirs, en train de...en train de manger des chips barbeuc', avec un sandwitch à côté. oO'.
"Bah quoi, t'as jamais vu un gars manger? On a le droit de plus rien faire dnos jours franchement, de mon temps, bah c'était pareil vu que c'est mon temps."
Il se marra tout seul pendant un ptit moment, puis continua:
"Bon qu'est-ce que tu veux? une chips?"
Je répondis par un signe de la tête. Il m'en envoya une. Cela faisait un bail que je n'en avai plus vu. Ce fut un moment d'extase incomparable.
Voyant que je ne bougeai pas il repris la parole:
"Tu vas rester longtemps là? Non parce que c'est pas que j'aime pas les visiteurs, mais à froce ca lasse. tu vois avec ma carrière j'en ai vu des têtes de con. Toujours à vouloir se battre et patati et patata. Paf j'appuie sur le bouton et sont plus là et je prend le pastis à midi 10. Voilà faut pas être tendre avec tous ces couillons."
Il se marra de nouveau. je ne savais pas trop quoi dire. J'examinai l'endroit qu'il m'avait désigné du doigt et en effet il y avait une trappe. J'avais donc évité un piège, surement mortel qui aurait pu porter atteinte à ma vie. Je pris l'initiative de la parole pour une fois:
" Mais la porte est pas vérouillé?
-Derrière? Si mais ca sert à rien , tombent tous dans le panneau. D'ailleur qu'est-ce que tu fou là toi?
-Je viens chercher le trésor de l'île, j'ai besoin d'argent et je ne saurai jamais où se trouve la planète george si je ne ramène pas ce frice au vieillard."
Il eu un fou rire. Cela dura 5 bonnes minutes.; Il enchaine:
"Tu t'es fait couillonné comme les autres.
-Pourquoi? Il n'y a pas de trésor?
-Si il y en a un, seulement, la forêt, la cité, la grotte et le volcan, tout ça c'est de la daube. Dans la forêt on vous vire toutes vos munitions pour pas que nous, simples employés sans syndicat on s'en prenne plein la gueule, la cité c'est pour le folklore, la grotte pour l'élimination et la volcan bah c'est un volcan.
-C'est ce vieillard qui fait tout ça?
-Oui il arnaque les couillons comme toi pour leur voler leur vaisseau. Simple efficace, et on a notre paye pour nourri les gosses donc ça va.
-Et là vous n'êtes pas sencé m'éliminer?
-Là? maintenant? non c'est ma pause là faut pas déconner. déjà qu'on nous donne des horaires pas possible. Moi jlai envi les autres des planètes de la galaxie jaune là.
-La terre?
-Ouais voilà la terre ouais. Là-bas au moins ils ont des gars compétent et ils font des grèves tous les trois mois. Nous? on en a jamais. On bosse tout le temps.; et puis jpeux tdire que j'en ai ras la casquette ma minette."
Il se marra. J'eu un léger sourire, mais pas pour sa dernière blague pourrie.
"Bon, tu compte te barrer quand? me demanda-t-il
-Je ne sais pas , quand j'aurais la clé peut-être?
-bah tiens, prend-là et fou le camp, j'en ai marre moi de ce job à la con."
Il me donna la clé, je le remerciai et partit vite vers la porte avant qu'il ne change d'avis. Une fois la porte franchie, j'étais au niveau du volcan. Ce n'était pas du carton ici, c'était un vrai de vrai.
Je marchai tout le reste de la journée. La route parraissait très longue mais j'avais toujours de l'espoir d'arrivait au but, le trésor!
L'astre se couchait. je mangeai alors un peu et me mis dans un coin pour la nuit. Je pensai au capitaine et à mes deux potes. Ils étaient peut-être tous en route, devant moi, euh, quelle idée, derrière moi. Ou alors...ils étaient tombé dans d'autres pièges ou pire, ils étaient tous... Ma pensée s'arreta là, coupé par une fiente d'un joli pigeon, qui le lendemain, fera un excellent repas =D. Je m'endormai en pensant à ce beau pigeon grillé.

Je n'étais plus que UN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eixoss
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 496
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de la planète George   Ven 15 Fév - 23:57

Partie 3

Le réveil fut difficil, mais je survécu. Je mangeai le pigeon grillé et je commençai l'ascension pour rejoindre le cratère du volcan. Mon avancée n'était pas facilité par ses magnifiques cailloux basaltique provenant de la frontière manteau/noyau jusqu'à ce point chaud. Il faisait aussi très chaud, et l'eau était plus que rare, elle était inexistante.
Durant le trajet je pensais à mes compagnons, ceux restés avec le vieux, les autres tombés dans des trous ou ayant pris des chemins sans réfléchir. A l'évidence j'étais le dernier à être encore plus ou moins libre.
Après une bonne heure de marche je m'arretai à un endroit idéal qui surplombait quasiment toute l'ïle. Je remarquai d'ailleur avec stupéfaction la présence de nombreuses grues qui ne sont pas visible depuis la cabane du vieux, étant positionnées derrière le volcan. Cette ïle était de plus en plus louche. Des mecs embauchés qui font grèves, une cité en carton, des éliminations. Cependant il était trop tard pour faire marche arrière, je devais aller à ce volcan.
Encore des heures de marches...Je commençai à avoir vraiment faim. Cependant, pas de pigeon, pas de singe, rien. Il fallait continuer, surtout ne pas s'arreter. Le volcan n'était surement qu'à une petite demi-heure de marche.
A mi-chemin, se trouvait une oasis avec un snack, et donc un monsieur qui tenait ce snack oO. Pourquoi était-il ici? A quoi il servait? J'entamai alors la conversation en lui demandant d'abord de la nourriture et de l'eau. Il m'apprit qu'il ne servait strictement à rien sur cette île car j'étais le premier à être arrivé jusqu'ici. Il me montra aussi un chouette racourci, un souterrain. Celui-ci était initialement fait pour les employés, pour se rendre dans la grotte, la foret et la cité plus facilment sans être vus.
J'empruntai alors ce souterrain. Arrivé au bout, je n'avais croisé personne, et j'arrivai à l'intérieur du cratère, qui ne semblait pas trop naturel. C'était une grande cheminée, sans lave au fond. Il y avait un chemin circulaire qui montait jusqu'en haut. On apercevait à peine un disque de ciel. Au fond de ce volcan, il n'y avait pas que moi. Le patron et mes deux potes étaient dans un filet suspendu à quelques mètres du sol et, en dessous d'eux, il y avait un gars qui avait pas l'air sympatoche. Il portait une armude d'apparence très lourde. Il tenait dans sa main droite une épée, plus grande que moi, et pourtant je ne suis pas un nain. Il ne me fit aucun dessin, je compris très vite que c'était lui qu'il fallait affronter. Une sorte de boss final. Depuis le début, sur cette île je m'étais senti comme dans un jeu, le tir, les énigmes, les boss. Seulement, même si je l'espérait je n'avait aucun continue. Ni de cheat code.
"Dis donc mon gros, demandai-je avec délicatesse, tu fait pas grève toi aussi.
-...
-Et bah disdonc, tu fais la grève de la parole!"
Je rigolai tout seul. Il ne dit rien, il me fonça juste un peu dessus. J'eu à peine le temps d'éviter son épée qui s'écrasa sur ma droite, éclatant plusieurs cailloux. je n'avais pas le temps de réfléchir et pourtant, face à un adversaire de ce calibre, sans arme, j'étais tout simplement foutu. Ma seule arme pour le moment était ma vitesse de pointe. Je traversai la "pièce" en courant pour avoir le temps de l'observer un peu plus. Il n'y avait aucune faille apparente chez le gros lard. Ma seule chance était de l'attaquer une fois le coup porté. J'attendis.
Il me fonça de nouveau dessus mais cette fois si le coup ne fut pas vertical, mais horizontal. Je réussi de justesse à sauter au dessus de la lame. Seulement celle-ci s'accrocha au passage à mon pantalon, je tombai alors à la renverse, me retournai, esquivai le coup à gauche, puis à droite, puis me relever en roulade avant de tourner autour de mon ennemi et de le frapper derrière son armure.
"AAAAAAAAAAAAOOOOOOOOOOOOUUUUUUUUUUUUTTTTCCCCCCCCCCCHHHHHHH"
Je m'étais surement cassé le poignet. Son armure était très, mais alors très solide. Je n'étais visiblement pas de taille face à un adversaire comme celui-ci. Il me fallait de l'aide. Mais oui! mes amis.
Je m'était perdu dans mes pensées, et le gros lard avait déjà chargé.
"Allez vas-y nique le! C'est un nul..."criaient mes amis.
Cependant je n'eu pas le temps d'esquiver le coup. Avec de la chance, le chevalier avait frappé sur le plat de l'épée. je fus projeté contre un mur, et m'écrasai aus sol.
"Euuuh.. Tu peux le faire quand même.....non?"continuaient de crier mes amis, avec moins de conviction cependant.
J'étais étendu, j'avais du mal à bouger, et ce gros muet s'approchait de moi. Il brandit son épée et en puisant dans mes dernières force, je me projetai sur le côté pour éviter l'épée, me remis sur mes appuis, et sautai pour faire un combo de coup de pied dans la tête de ce guignol. Il s'écroula.
Le filet dans lequel été mes amis était suspendu quelques étage plus haut. Je me précipitai alors vers le chemin circulaire pour me rendre à cette hauteur. Je venais d'être mis au tapis, mais il me restait des forces. Des forces que je n'avaient jamais rééllement exploitées. Je courrais, courrais. Après un tour, le chevalier était déjà debout, et, au lieu de me poursuivre, trafiquait un truc sur son épée.
Tout à coup, je sentis quelque chose passer proche de mon épaule, et je vis un lambeau de mon T-shirt s'envoler devant moi. Il n'était pas derrière moi, il était toujours en bas. Cependant son épe n'était pas comme les autres. La lame n'était pas solidaire de l'ensemble. Elle était attaché par une chaine dissimulé dans le manche et grace à la puissance de cette brute, il pouvait lancer sa lame et réussir à m'atteindre. Mon avancée allait devenir très, mais cette fois c'est même plus très, mais beaucoup très problèmatique. Je courrais en veillant à éviter l'épe qui passait et venait à la guise du gros.
Tout à coup le drame arriva. Pourquoi maintenant? Pourquoi ça? Tout espoir était perdu, je venais de flancher. J'osais à peine regarder le ciel, c'était la fin. Pourquoi? mais pourquoi? Ma mèche de cheveux merde! T_T.
"QU'EST-CE QUE TU FOU? C'EST PAS L'HEURE DE GLANDOUILLER!" cria le patron.
Je m'étais en effet arreté. et sans eux, je me serai pris l'épe en pleine poire. J'eu juste le temps de baisser la tête, de pleurer la perte d'une nouvelle mèche de cheveux avant de m'élancer de nouveau à toute allure vers l'extrémité de la corde qui était de plus en plus proche. Le bruit de la lame au contact de la roche se faisait d eplus en plus fort derrière mon dos. Je plongeai avec l'espoir d'éviter celle-ci. je réussis, et même encore mieux. La lame coupa la corde, le filet tomba et s'ouvrit. Ce couillon avait lui même causer sa perte. Nous étions quatre cette fois. Mes amis l'avaient déjà encerclé. Avant de redescende, je pris un caillou, et je le lançai.....comme une merde. Il alla quasiment à l'opposé de ce que je voulais et commença à ricocher de toute part.
Mon coup louper j'entamai la descente à toute allure sans regarder ce qu'il se passait en bas. et arrivé en bas, l'espoir diminua.
Tous par terre, sauf un, ce p****de chevalier de gros lard de m****.(propos censuré par la CQACLGMPQCPB= Corporation qui aime censurer les gros mot parce que c'est pas bien). J'étais de nouveau seul face à lui. Je n'eu pas le temps de cligner des yeux qu'il se trouvait derrière moi. Je pris le manche de l'épe de plein fouet. Cette fois-ci je n'espérait même pas me relever. Le chevalier prononça alors sa première phrase, une source éternelle d'originalité, du jamais vu:
"C'est la fin!"
Je fermais les yeux, la mort était là. J'entendis tout à coup un bruit de ferraille. Je rouvris les yeux. Le chevalier était au sol, le casque avait volé et il était blessé au crane. Je regardai à côté de sa tête. MON CAILLOU! Il avait ricoché depuis que je l'avais lancé et été arrivé pile poil au bon moment au bon endroit.
Après avoir joué mon ticket de loto de l'espace (on a pas toujours de la moule ^^'), j'allai voir mes potes. Ils étaient un peu KO mais se semblaient pas blessés.
Une fois debout, et seulement après avoir fait une dance de joie, nous nous posâmes une question essentiel, enfin un de mes potes la posa:
"Euh, Y était pas sencé y avoir un trésor?"
OO. C'est vrai, le trésor. J'observai de nouveau la salle, et je remarquai alors les jolis petits parnneaux "Trésors". La réponse était évidence, la question était donc con. J'étais rassuré, il n'avait pas de nouveau eu une montée d'intelligence.
Le trésor se situait tout en haut du volcan à l'aire libre. Il était posé sur un wagon qui nous ramena directement sur la plage. Encore une chose louche.
Arrivés à la cabane du vieux, nous remarquâmes qu'il n'y avait aucun membre de l'équipage sur place. chose plus étrange, la façon dont le vieux nous adressa la parole:
"Bienvenue sur l'île au trésor messieur! Vous voulez du trésor ou un renseignement. Je vous indique la route, ce n'est pas une arnaque.
-Euh, en fait on en revient, voici le trésor."
Le vieux eu l'expression que nous avons tous eu un jour. L'expression où au fond de soi on se dit un beau et bien gros : MERDE. Le viellard chuchota dans un talkie walkie. Celui qui répondit par contre ne parlait pas très discretement:
"OK ON LIBERE L'EQUIPAGE."
Apres avoir retrouvé l'équipage, et seulement après une dance de joie, je donnai le trésor au vieux qui nous indiqua la localisation de la planète George....Juste en face de cette galaxie. Tout ça pour rien en gros. On avait risqué nos vies pour rien, le trésor n'était même pas pour nous. Je fis craqué mes doigts et le vieillard s'écroula KO. Mon pote venait de lui foutre une magnifique patate. Pour la première fois, j'eu envi de le serrer dans mes bras. Certes ce n'est pas une première mais par contre c'est bien la première fois que je le fis. Jamais je n'aurai cru être content de le voir foutre une patate à un vieux qui tenait à peine debout. Je rammassai le coffre, le mis dans le vaisseau.
Les préparatifs étaient fini je fit un dernier tour sur la plage. En réfléchissant à diverse chose. Je pris alors une décision. Nous partâmes.
Dans la cabine de pilotae, une fois assez éloigné de la planète, mon doigt ripa maloncontreusement sur le bouton "Destruction massive" qui était bizarrement programmé sur cette planète. Elle explosa dans un feu d'artifice magnifique. J'admirai le spectacle sans avoir de regret, j'avais aussi mis une patate au vieux avant de partir =D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eixoss
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 496
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de la planète George   Lun 18 Fév - 0:24

Sur le vaisseau.

Après un diner bien arrosé et une bonne nuit de sommeil, nous étions enfin prêt pour partir vers notre destination, la planète george. Elle se situait dans la galaxie en face de celle que nous venions de quitter. Il ne nou sfallait qu'une heure pour la rejoindre. Nous étions tous très pressé d'y arriver et de enfin voir George, le lapin colonisateur intergalactique!
Pour passer le temps, certains jouer au carte, d'autre dormaient (ne me demander pas comment, après une si longue nuit oO) et moi, je m'emmerdais. D'un côté c'était très difficil de ne pas s'emmerder dans ce vaisseau qui était seulement fait pour la guerre. J'aurais pu jouer aux cartes avec mes potes, mais l'idée fut vite parti de mon esprit, et je n'avais aucune envi de dormir.
Les minutes défilaient et je m'emmerdais d eplus en plus. Je regardais sans arrêt l'horloge et je me disais "plus que 5 heures........plus que 4 heures". Le temps passait trop lentement, il fallait que je m'occupe! Je mis alors à déambuler dans le vaisseau, que je n'avais pas vraiment visité au final. Au bout d'un grand tour je m'arretai dans la salle d'armement et je constatai qu'il y avait une salle de tir. Mais pas une salle de tir comme les autres, il y avait un système avec un casque itout, comme si on était dans un jeu vidéo. Je lançai une parti sur très difficil et je me fit attaqué par des hordes de monstres à qui j'aurai conseiller volontier un dentiste. je choisis comme arme le sabrelaser et se fut parti pour un massacre sans précédent dans l'histoire de ce logiciel. Ce fut un plaisir de dégomer ces créatures qui me faisait penser à une de mes professeurs. Même dentition, même tête, avec tout autant de poils =D, bref pas forcement un bon souvenir.
Malgré mon talent incontestable, je vis un game over s'afficher. Je m'étais fait toucher. Je ne m'enervai pas et relançai la parti. De nouveau game over. Et ainsi de suite pendant au moins 2 heures. A ce moment-là je n'en pouvais plus. Pourquoi est-ce que j'y arrivait pas à ce putin de jeu de merde!!!!!!!!!!!!!(notez que la censure n'existe pas dans cette zone de l'univers^^).
Je me dis alors que c'était à cause de ces connards que l'on devait attendre tout ce temps pour rejoindre la planète George. Je ne m'arretai plus. j'en bousillai un, je me retournai, tranchai la tete en donnant un coup à un autre tout ca dans un saut pour éviter un coup d'un autre créature. Je tombai, je me relevai tout en donnant des coups. et au final je fis le plus gros record jamais fait dans tout l'univers. fier de moi, je m'étais le record sur l'internet universel. Puis je regardai ma montre.
"CA Y EST!"
Nous étions enfin arrivé. La planète George était juste devant nous. Un gros globe avec deux oreilles de lapin. La planète était entièrement blanche. Apparremment sur cette planète il n'y avait qu'un océan d'une eau blanche et une île entièrement blanche aussi.

La planète George

Nous nous posâmes et remarquâmes que tout était blanc. Les arbres, le sable, les crabes, les coquillages, l'herbe, la terre, TOUT. Sur la seule petit île de la planète, il y avait une sorte de pyramide maya. Elle aussi toute blanche. Au sommet devait se trouver surement George, le grand George, le lapin colonisateur. celui dont je connais le nom depuis tout petit, quand on me racontai l'histoire de ce lapin qui avait fait tant de chose, avec son ami Robert!
Nous buvâmes l'eau, elle était excellente. Seulement je ne tenais plus. A quoi bon perdre du temps à trouver ça beau alors que depuis le début nous voulions voir george, qui se trouvait en haut de cette foutu pyramide. Je me précipitai alors vers celle-ci et entamai la montée. les autres me suivirent, quasiment en courant, le rythme de mes pas étant trop soutenu.
Il y avait beaucoup, mais beaucoup d'escalier. Beaucoup trop. je n'en pouvais quasiment plus mais je continuai. Avoir fait tou ca pour rien, jamais! Il ne restait plus que 100 marches, 99 marches, 98 marches....C'était interminable! et puis pourquoi il n'y avait personne sur cette foutue planète, à part ce lapin. Peut-être était-ce un repère secret et qu'on nous observait en ce moement même.
"Arrête la parano, si ton vieux en est revenu, nous aussi, on a connu pire que ça!" me répétait le patron qui commencer à être agacé de mon impatience et de mes craintes.
Nous arrivâmes enfin au sommet et là nous trouvâmes......nous trouvâmes.....une vulgaire petite statue de lapin albino! Je la pris dans mes mains, et je vis que derrière il était écrit d'un main tranquil, "Jt'ai bien baiser mon chtit!". Je n'étais pas vraiment enervé. cela me supris. J'avais même un ptit sourire. Je ne pus par contre m'empecher de crier:
"Sal vieux con xD"


EPILOGUE
Nous ne restâmes qu'une petit heure sur cette planète. Notre terre était à seulement une galaxie d'ici. là aussi le vieux nous avait tous baisé, il suffisait d'une matinée pour y aller. mais en une matinée je n'aurai pas vécu tout ce que j'ai pu vivre. Voir une sorte de feuille exceptionnelle, écrasé et grillé des schtroumf, me déguiser en Lion qui dance du disco, ou encore exploser une planète en crise, ou même me battre contre un gros lard avec une épée de 2m. Ce la faisait des très bon souvenir. Et puis j'avais pu me rapprocher de mes deux potes, car sans eux, je n'aurais jamais réussi. (et même si on dirait pas, c'est super dur de l'avouer !!!!è_é).
L'épiquage décida de venir sur terre avec nous, ce qui paraissait normal vu qu'ils étaient terriens ^^'. Durant le voyage, je rejouai une dernière fois au jeu, mais je ne réussis pas à battre mon record, étant si exceptionnel.
Arrivée sur Terre je réalisai très vite que le jeu était fini. Je du vendre le vaisseau à celui à qui javai volé le flex 500, mais aussi faire des excuse au lycée qui comprit mon aventure comme une "panne d'oreiller prolongée", mais le pire, c'était le rentrage à la maison ><". A peine la porte ouverte, l'interrogatoire commença. Ah non pardon, il y avait la baffe et le fameux:
"OU QUE T'ETAIS! JE ME SUIS FAIT UN SANG D'ENCRE!"
Evidemment c'était une reaction normale, mais j'avais été déconnecté de cette vie pendant un bon moment, ca e parraissait si lointain.
Au milieu de l'interrogatoire, mon père arriva et j'ai eu droit au même rituel. Je m'expliquai alors pendant une bonne heure, alors que tout l'équipage (à part me spotes qui subissait la même chose que moi) attendait sagement dehors. Mes parents ne cruent pas à mon aventure. Je fis alors rentré l'équipage pour qu'il me soutienne et la ce fut la stupéfaction. Ma mère, en voyant le patron s'écria:
"MON FILS".
Mon père fit aussi une tête assez étrange (entre le gné? et le punting! OO). Le patron était en fait mon frère. Celui qui m'avait promis si jeune qu'à mes 18 ans il viendrait pour me feter mon anniv, aujourd'hui....
Le festin fut monumental. ce fut l'un de mes plus beaux jours. Mes parents ne m'en voulaient plus du tout, la faute avait l'air d'être réparée. Tout le monde était là pour la fête. Tout l'équipage, mes potes, les parents de ceux-ci, les miens et toute la famille.
A la fin de la fête, après que tout le monde soit couché, je sortai de la maison et allai sur la colline au dessus de la ville. Il faisait nuit et la lune éclairait de sa douce lueur une petite clairière au sommet de celle-ci. Il y avait une source d'eau, claire et fraiche, un arbre et la tombe du vieux. Depuis tout jeune il m'avait montrer cet endroit et me disait que c'était ici qu'il voulait vivre éternellement. Je m'approchais de la tombe, je priai une petite minute. Puis me relevai, me couchai à côté de celle-ci, et avant de m'endormir, je lui adressai un dernier message:
"Merci"





FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eixoss
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 496
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de la planète George   Mer 20 Fév - 0:31

voilà fini xD

je comptais pas faire aussi long car ya pas mal d'idée qui venait au fur et à mesure donc je sais pas trop ce ke ca a donné au final :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 1448
localisation : Kikilanddddddd !!!
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de la planète George   Mer 20 Fév - 16:48

T'as po une semaine de bac blanc toi ? XD XD XD

_________________
Heaven alias Kiki (ou l'inverse XD)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eixoss
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 496
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de la planète George   Mer 20 Fév - 22:17

non non je suis en vacs xD et la semaine prochaine aussi et puis je ne suis qu'en 1ère donc pas de bac blanc (enfin si le francais mais bon voila koi xD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 1448
localisation : Kikilanddddddd !!!
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de la planète George   Ven 22 Fév - 0:01

Mdr je comprends XD

J'ai commencé à lire et c'est marrant malgré les fautes d'orthographe et de conjugaison :p

_________________
Heaven alias Kiki (ou l'inverse XD)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eixoss
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 496
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: A la recherche de la planète George   Ven 22 Fév - 19:43

oui je sais yen a plein. J'ai pas fait gaffe à ca, dsl ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la recherche de la planète George   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la recherche de la planète George
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Recherche] Technic 8292: l'élévateur à nacelle
» [Recherches] Recherche Bionicle 8942 Jetrax T6.
» [Recherche] Mctoran ou Matoran de Mata Nui
» [Recherche] Recherche pièce BIONICLE de Bohrok
» Recherche joueur ou club en Alsace

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Blabla-
Sauter vers: